restez un instant et écoutez moi..

Diablo III

Diablo III se déroule après avoir vaincu les démons primordiaux, et la destruction de la pierre monde.

Une étoile est tombée du ciel, un sinistre augure qui annonce la Fin des temps. Les habitants terrorisés de Sanctuaire se tournent vers les prophéties et les légendes oubliées en quête de réponses. Ils n’ont aucune chance face à un assaut massif des armées des Enfers. Les héros du passé sont partis ou décédés.

Un nouveau champion doit naître…

 

Vous pouvez incarnez 7 personnages :

Le Barbare

Pendant des siècles, les barbares habitant dans l’ombre du mont Arreat étaient aussi solides et inflexibles que la pierre. De taille immense et d’une férocité sans égale, ils étaient chargés dès leur naissance de protéger cette montagne sacrée, un devoir transmis de génération en génération.

Quand leur terre natale fut dévastée, de nombreux barbares perdirent la foi. Ils devinrent désœuvrés, hantés par leur histoire, et vagabondèrent par monts et par vaux sans plus aucun sens de l’honneur.

Mais tous les barbares n’ont pas abandonné leur veille sacrée. Certains honorent encore les neiges rigoureuses des sommets d’Arreat, et rôdent à la périphérie de son cratère. Ils se rappellent comment on leur confiait des haches et des lances à un âge où les enfants des villes s’accrochaient encore à leurs jouets… Et ils sont rongés par la honte, devant l’échec de leur peuple.

Ces barbares s’efforcent de trouver un nouveau sens à leur vie, dans un monde qui a bien changé, et tous ceux qui se dresseront sur leur chemin le feront à leurs risques et périls.

Le Croisé

Les dirigeants de l’harmonieuse église de Zakarum ont jadis essayé d’emprisonner Méphisto, seigneur de la Haine, sous le temple de Travincal afin de l’empêcher de corrompre à nouveau les cœurs humains.

Mais ils ont échoué.

Ce n’était pas le premier échec de l’église de Zakarum. Deux cents ans auparavant, le clerc Akkhan avait pris la mesure de la corruption qui en rongeait les rangs et envoyé ses acolytes dans une lointaine quête de rédemption. Les « croisés » d’Akkhan étaient de jeunes néophytes choisis pour leur honneur et leur droiture et, s’ils furent formés au maniement des armes et initiés à une magie meurtrière, leur principale vertu était une infaillible dévotion.

Aujourd’hui, leur quête de pureté s’est étendue. Le mal, peu inquiété par les fragiles entraves qui lui sont opposées, prospère aisément, et il n’est pas rare de voir des croisés errants, souvent un maître accompagné de son apprenti, terrasser les démons qui hantent Sanctuaire. Certains combattent par pure ferveur, d’autres dans l’espoir que leurs victoires restaurent un jour l’intégrité de leur église corrompue. Et quand un maître meurt, son disciple reprend ses armes et son identité… et la croisade se poursuit inlassablement, par-delà la mort.

Le Chasseur de démon

Ceux qui portent le nom de chasseur de démons ne sont ni un peuple, ni une nation. Ils ne prêtent allégeance à aucun roi. Ils ne sont que le vestige, presque un écho, de ceux à qui la terreur a tout pris. Lorsque leur demeure est brûlée et leur famille massacrée par les démons, la plupart des survivants traumatisés abandonnent toute volonté de vivre. Pourtant, certains d’entre eux décident d’enterrer leurs morts, de se regrouper et… de se venger.

Malgré leur nombre restreint, les chasseurs traquent les démons dans l’espoir qu’en ne sauvant ne serait-ce qu’une vie, ils rendront le monde un peu meilleur. Et lorsqu’ils trouvent un peu de repos après une journée de traque, de sombres cauchemars hantent leur sommeil agité, durant lesquels ils revivent les horreurs qui les ont poussés à suivre cette voie et à se regrouper : des crocs déchiquetant les chairs, des hommes et des femmes se noyant dans leur propre sang.

Quand ils sont réveillés, les chasseurs de démons voient sensiblement la même chose. Mais désormais, ils ont le pouvoir de riposter. Ils n’osent jamais rêver de victoire, encore moins de retrouver la paix. Et pourtant, ils chassent. Ils ne peuvent rien faire d’autre.

Le Féticheur

Seuls quelques rares hommes et femmes de la tribu umbaru sont en mesure de se hisser jusqu’au statut sacré de féticheur, car il est nécessaire de posséder un rare talent pour le combat, de communion et de compréhension des esprits des défunts. Cette capacité caractérise spécifiquement les êtres touchés dès leur naissance par les terres informes, le royaume invisible où résident, selon les umbarus, les esprits des morts ayant quitté Sanctuaire.

Quand un homme meurt, les féticheurs sont en mesure de percevoir ce qu’ils pensent être son souffle vital au moment où il quitte son corps encore chaud. Et lorsque calamités ou génocides envoient des centaines d’âmes en même temps au tombeau, les féticheurs peuvent ressentir leurs convulsions et leurs hurlements dans l’au-delà.

Les féticheurs ne peuvent pas se boucher les oreilles pour cesser d’entendre les voix des esprits. Lorsque le tumulte des sans-repos se fait plus assourdissant, le choix est fait pour eux. Ils doivent restaurer l’équilibre entre leur monde et les terres informes, ou contempler la tourmente des générations passées jusqu’à la fin de leurs jours… et à jamais au-delà.

Le Moine

Les moines de la foi sahptev s’imposent un entraînement mental et physique intense afin de devenir les guerriers saints les plus éminents de la contrée d’Ivgorod. Dans l’enceinte des cloîtres des Patriarches, ils endurent de terribles épreuves tant physiques que spirituelles, témoignant d’une dévotion sans égale et atteignant le summum de la concentration.

Les moines pratiquent des rituels de purification quotidiens qui les aident à assainir leur esprit, et à surmonter la corruption qui ronge le cœur de tout homme. En quête de la perfection martiale, ils améliorent leur équilibre et leur érudition légendaires, ce qui les aide à maîtriser le combat à mains nues comme le maniement d’armes variées.

Après toute une vie de préparation, les moines bénis par l’onction reçoivent la permission de franchir les portes de leur monastère pour servir la volonté des Patriarches. L’emblème qui orne leur front témoigne d’une existence vouée à surmonter les obstacles, à accomplir leur destinée et à servir de piliers à leur civilisation.

Les moines incarnent la volonté des mille et un dieux d’Ivgorod à chaque pas qu’ils font, et à chaque coup qu’ils portent.

Le Nécromancien Explode every corpse across Sanctuary with our Diablo 3 Necromancer 101 guide

Les prêtres de Rathma, également connus sous le nom de nécromanciens, n’ont qu’une philosophie : la lutte entre la lumière et les ténèbres est éternelle, et Sanctuaire est à la merci d’un camp comme de l’autre. Ce n’est qu’en préservant l’Équilibre et en repoussant toutes ces forces qu’ils auront une chance de sauver le monde.

Les membres de cet ordre sont uniques en leur genre, mais leur utilisation de la magie mortuaire leur vaut souvent d’être méprisés. Si beaucoup abusent de ces pouvoirs dans Sanctuaire, les prêtres de Rathma s’efforcent, eux, de l’utiliser pour préserver l’Équilibre qu’ils considèrent comme sacré.

Lorsqu’il leur arrive de s’aventurer hors de leur domaine, situé dans les tréfonds du Kehjistan, les prêtres de Rathma ne reculent devant rien pour préserver leur monde de la ruine.

La sorcière

Il existe de nombreux adeptes de la magie qui proviennent des académies disséminées à travers le monde de Sanctuaire, de Xiansai à Caldeum, et qui portent le titre d’« ensorceleurs » ou « magiciens ». Mais ceux qui se qualifient eux-mêmes de « sorciers » ont aussi peu de choses en commun avec les autres lanceurs de sorts qu’un lion avec un chaton. Sorciers et magiciens manient l’un et l’autre les mystères insondables des arcanes mais… l’analogie s’arrête là.

On reconnait aux sorciers un grand nombre de qualités, comme leur esprit de rébellion ou leur perspicacité, mais ils sont aussi réputés pour ignorer toutes les leçons des académies de magie sur des sujets comme la « prudence » ou la « sécurité ». Le comportement hautain des sorciers semble découler de leur talent naturel, qui leur confère la capacité de dompter les puissances magiques ambiantes et de les manipuler par pure intuition, sans jamais avoir effectué de longues études sur le sujet. Tout accident qui pourrait survenir en raison de la maîtrise imparfaite de leurs pouvoirs est regrettable… mais il est rare que les sorciers renoncent pour autant à utiliser leurs pouvoirs, aussi instables soient-ils.

S’ils parviennent enfin à maîtriser ce don à double tranchant et à éviter de se détruire eux-mêmes, cette classe de prodiges des arcanes pourrait atteindre la destinée qui leur semble promise depuis toujours.

 

Les héros parviennent à terrasser le mal mais….